Un oiseau vraiment surprenant et tellement sympatique à observer, bienvenue dans l’univers du cincle plongeur

UNE RIVIÈRE EN MONTAGNE

Quelque part dans le parc naturel de la Vanoise, après avoir longuement photographié les marmottes au bord d’une petite rivière de montagne, je remarque un curieux petit oiseau faisant des aller-retours en rase-motte au dessus de l’eau puis disparaitre et repartir … J’en avais jamais observé mais pas de doute c’est un cingle plongeur !

Parfaitement adapté aux eaux vives en montagne, il se nourrit d’insectes aquatiques et de larves qu’il capture en nageant ou en plongeant, il est alors sous l’eau et marche sur le fond de la rivière tout en s’aidant de ses ailes pour se plaquer au fond de l’eau. Il déplace les cailloux, capture quelques insectes et larves qu’il vient déguster à la surface. Et replonge aussitôt …

Peu de fond dans cette partie de la rivière, le cincle plongeur chasse juste avec les pieds dans l’eau

Au printemps après quelques minutes d’observation, on localise assez facilement le nid. Il ne reste plus qu’à poser son trépied et à surveiller les aller-retours des parents pour nourrir les jeunes.

  • Aves, Birds, Cincle plongeur, Cinclidae, Cinclidés, Cinclus cinclus, Faune, Montagne, Oiseaux, Passériformes, Paysage, White-throated Dipper
  • Aves, Birds, Cincle plongeur, Cinclidae, Cinclidés, Cinclus cinclus, Faune, Montagne, Oiseaux, Passériformes, Paysage, White-throated Dipper
  • Aves, Birds, Cincle plongeur, Cinclidae, Cinclidés, Cinclus cinclus, Faune, Montagne, Oiseaux, Passériformes, Paysage, White-throated Dipper

Le cincle plongeur construit son nid dans une cavité naturelle de la rivière. Il y a 1 ou 2 pontes par an avec 4 ou 5 oeufs qui éclosent au bout de 16 jours. Les jeunes volent à 22 jours.

ET DANS MON SAC ?

Finalement pas grand chose ! Un télé et quelques filets de camoufflage car le but n’est pas de déranger ce petit oiseau. Et ma paire de jumelles, pour suivre les aller-retours et identifier de loin ses zones de chasse afin de bien positionner mon affût.

C’est un oiseau assez actif, donc je prévois généralement de passer plusieurs heures à l’observer – j’apporte donc de quoi être bien et de profiter de ce moment.

Il est également possible de l’observer en hiver car c’est un oiseau majoritairement sédentaire (seules les populations septentrionales migrent vers le sud). J’aime bien les ambiances dans la neige 🙂.

  • Aves, Birds, Cincle plongeur, Cinclidae, Cinclidés, Cinclus cinclus, Faune, Oiseaux, Passériformes, White-throated Dipper
QUELQUES ASTUCES
  1. Je pense qu’il est plus facile de le photographier justé après que les oeufs aient éclos. Il me semble qu’ils ont un terrain de chasse relativement proche pour éviter les temps d’approvisionnement trop long. Ce qui multiplie les chance de le voir.
  2. Pas besoin d’être entièrement « invisible », surtout si vous pouvez utiliser une longue focale. Personnellement, j’ai une tenue discrète, un ou deux filets de camouflage et cela semble faire l’affaire.
  3. Le trouver ??? Honnêtement, après avoir passé quelques heures proches des torrents de montagne, on le trouve plutôt facilement. Donc une bonne carte IGN pour identifier les cours d’eau, une bonne paire de jumelles et c’est parti pour le repérage. Vous pouvez aussi vous inscrire sur faune-france.org ou les site régionaux comme faune-savoie.org

Préparez bien vos sorties et bonnes photos !